Partager sur: facebook whatsapp twitter
Toutes critiques, défouloir, hors sujet
                    
 Le développement du continent africain (suite)
  Discussion interdite aux utilisateurs suivants :   44444628  44444684
Auteur: ndar.tout   
Date:   27-03-16 12:56   >>> Répondre à ce message

Suite du sujet initié par Solina.

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   27-03-16 12:58   >>> Répondre à ce message

in setal.net :
"""Felwine Sarr : « L’Afrique n’a personne à rattraper»
De plus en plus, notre système capitaliste semble atteindre ses propres limites. Une croissance infinie dans un monde fini ne serait qu’un mythe. Face à cette impasse, un économiste sénégalais propose que l’Afrique apparaisse enfin comme une alternative, plutôt que comme une éternelle subalterne.
Felwine Sarr est un jeune économiste, enseignant à l’université Gaston-Berger de Saint-Louis, au Sénégal. Passionné de philosophie et de science sociales, il est aussi romancier, musicien, éditeur. De ce profil atypique vient sûrement l’originalité de son dernier essai Afrotopia, publié chez Philippe Rey le 10 mars. Selon lui, le continent continue d’être perçu au travers du regard extérieur, occidental : «sous-développé», en retard, toujours en position inférieure. Faut-il décoloniser notre façon de voir l’Afrique ? Un objectif que Felwine Sarr adresse surtout aux Africains, les premiers concernés.
S’affranchir des critères occidentaux, ça veut dire quoi ?
Il s’agit de sortir de critères qui instaurent une dominance de l’économie, des catégories qui ne sont que quantitatives, statistiques, comparatives, et de réfléchir à une réalité en train de se faire et qui est mue aussi par de l’immatérialité. Une vie humaine engage bien plus de dimensions que celles que nous laissent voir les indicateurs économiques : des dimensions sociétales, culturelles, écologiques ou environnementales. Ce n’est qu’en agrégeant toutes ces dimensions que la vie prend sens. Or, depuis cinq ou six siècles, l’Afrique est marquée par un regard extérieur, le regard de l’autre, de l’explorateur, du marchand et du colonisateur.
Mais ce regard n’a-t-il pas changé depuis les indépendances, notamment, avec les travaux de l’historien Achille Mbembe ?
Les indépendances ne marquent pas la fin de cette pénétration des esprits. Et Achille Mbembe est malheureusement un exemple trop rare d’intellectuel qui tente de renouveler les catégories avec lesquelles on pense l’Afrique. Le discours universitaire africain continue majoritairement de se fonder sur des concepts et des catégories dont la géographie et l’historicité sont occidentales. Sur la question du défi du «développement», nous n’avons pas assez interrogé les présupposés qui structurent cette notion. Nous sommes perpétuellement dans une démarche téléologique, comme si tous les pays devaient suivre des étapes identiques et dans un ordre donné.
Nous tombons ainsi dans le piège de l’ordonnancement et du classement selon une échelle normée par ceux qui en ont fixé les critères. Une fois qu’on a énoncé ces chiffres, on ne sait pas grand-chose de la vie des gens. En quoi la croissance d’un pays a-t-elle amélioré la vie de ses habitants ? Comment a-t-elle été répartie ? En quoi elle a contribué à répondre aux fonctions psychosociales des groupes ?
Vous relevez des comparaisons trop souvent négatives et ineptes pour l’Afrique…
En effet, quand on indique la place d’un pays comme la Tanzanie dans un classement mondial, au lieu de constater que ce pays a doublé son revenu par habitant en moins de dix ans, et le chemin qu’il a parcouru, qui prend sens par rapport à son histoire économique interne, on le compare au Japon ! Ce qui n’a aucun sens. Comme si les trajectoires socio-historiques étaient comparables sur une même échelle. C’est justement un tel discours qui a servi à justifier toute l’entreprise coloniale. L’Europe a inscrit tous les autres pays dans sa narration, et l’Afrique dans une position de subalternité. Elle a imprégné ainsi l’imaginaire collectif bien au-delà de son espace. C’est là sa grande victoire. C’est de ce siège qu’il s’agit de la déloger pour explorer d’autres possibles.
Que faire pour en sortir ?
Des théories, qui ont perduré et structuré notre imaginaire pendant plus de cinq siècles ne disparaissent malheureusement pas en cinquante ans d’indépendance. Il faut traquer les survivances de ce discours dominant dans le langage de tous les jours, dans le regard que nous portons sur nous-mêmes. D’autant que les mots utilisés ont un pouvoir performatif : parler de sous-développement, de clandestins, de retard… n’est pas sans effet. C’est un usage du langage handicapant car renvoyant exclusivement à des dimensions déficientes de sa propre réalité et faisant silence sur les multiples richesses que les groupes et les individus recèlent.
Pour en sortir, les Africains doivent faire l’effort de se recentrer, de se regarder autrement, à travers leurs propres catégories. Un modèle fini est souvent plus séduisant qu’une recherche longue et incertaine. Oui, nous avons une histoire singulière, longue et complexe. Aussi devons-nous nous envisager comme les sujets de notre histoire. Que voulons-nous devenir ? Quelle société voulons-nous ? Quel type d’homme voulons-nous produire ?
Les Grecs en Europe ou n’importe quel peuple soumis à des plans économiques drastiques peuvent se poser les mêmes questions. En pleine mondialisation économique, il ne s’agit plus seulement de postcolonialisme…
J’ai la faiblesse de croire que lorsqu’on pense l’Afrique, on pense le monde. La chance de l’Afrique peut résider justement dans le fait qu’elle n’est pas encore complètement intégrée dans ce modèle rationaliste et mécaniciste dont nous voyons bien aujourd’hui les limites. Une croissance infinie dans un monde fini est un mythe économique. En plus de toutes ses ressources, elle dispose d’une démographie positive, et donc d’une grande vitalité, de richesses culturelles et spirituelles qui lui permettent d’envisager l’aventure sociale et humaine autrement. L’Afrique n’a personne à rattraper.
Après le discours afro-pessimiste, que pensez-vous du discours afro-euphorique, porté par des ONG et des capitalisto-optimistes ?
L’afro-euphorisme est un discours qui flatte, et il est aussi dangereux que l’afro-pessimisme. Dans les deux cas, ce sont des discours majoritairement externes aliénants, que nous devons remettre en question. Derrière l’afro-euphorisme, qui voit l’Afrique avec toutes ses matières premières et ses richesses non encore exploitées comme l’avenir du capitalisme mondial, il y a le désir d’en faire un nouvel espace à reconquérir pour continuer cette folle course à la croissance. C’est encore un discours qui nie le présent de l’Afrique. Dire l’Afrique «sera» est une façon de nier ce qu’elle «est». Comme si l’Afrique n’avait pas de contemporanéité. Le continent pourrait être un grand laboratoire pour explorer ces autres possibles. Pour cela, il lui faut de l’autonomie et du temps propre pour mener ses expérimentations et ses synthèses.
L’Afrique a aussi tenté une expérience continentale avec l’Union africaine, cela n’a pas apporté de solutions.
Probablement faut-il du temps pour que l’idée intégrationniste fasse son chemin chez les peuples et qu’advienne une génération de dirigeants moins attachée aux petites souverainetés nationales. Mais déjà on peut citer des expériences d’inspiration africaine, sur la justice transitionnelle au Rwanda ou comme l’ubuntu, notion qui a inspiré l’esprit de réconciliation d’un Nelson Mandela en Afrique du Sud après l’apartheid, qui pourraient s’étendre au-delà du continent et inspirer les autres. Sur la question de l’impunité sous nos cieux, le procès de Hissène Habré au Sénégal est un pas en avant. L’idée est de se projeter et de trouver de nouveaux chemins. Nous devons respecter nos propres humanités.
Si l’Afrique se consacre à sa propre histoire ne risque-t-elle pas de se fourvoyer dans un repli impossible à l’heure de la mondialisation ?
Les libertés de voyager ne sont pas les mêmes pour tout le monde. La mondialisation n’apporte pas autant de libertés et de possibilités à un Africain qu’à un Européen ou à un Américain. La plupart des hommes et des femmes sont confinés et assignés à des territoires dont ils ne peuvent pas sortir. La «mondialisation» a encore des progrès à faire pour mériter son nom. Personne ne remet jamais en question une culture grecque, asiatique ou chinoise dans ce qu’elle prétend avoir de singulier. Mais dès que l’on parle de culture ou de civilisation africaine, on est immédiatement accusé d’essentialisme. Les hommes sont fondamentalement les mêmes partout. Avoir une ou des identités n’empêche nullement de faire partie du monde et d’être en interaction avec lui. La mondialisation telle qu’elle fonctionne de nos jours ne crée pas les conditions suffisantes de ce dialogue """

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   27-03-16 17:58   >>> Répondre à ce message

"l'Afrique n'a personne à rattraper..." c'est amusant quand on voit le retard au niveau éducation , culture , santé , justice ... etc.....encore un discours "d'intellectuel" complexé ......il ferait mieux de travailler à régler les problemes de l'enseignement supérieur du Sénégal en grêve perpétuelle depuis plusieurs années !

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   27-03-16 18:55   >>> Répondre à ce message

Tu l'as lu, écouté, vu?
Il est très loin de l'intellectuel complexé.

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   27-03-16 21:56   >>> Répondre à ce message

Tous les articles de Felwine Sarr sont du meme tonneau.....rien que le titre c'est le sommet de la connerie surtout pour un prof de Fac directeur de l'UFR Economie !

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   27-03-16 22:34   >>> Répondre à ce message

Le titrage n'est pas de lui.
Il ne t'aura pas échappé que c'est une transcription écrite d'une Interview audio.
Je me demande qui a grâce à tes yeux, surtout quand il s'agit de l'Afrique.
Je te suggère de publier tes recherches et tes réflexions constructives.
FIN

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   27-03-16 22:43   >>> Répondre à ce message

Je rajoute quand même que manifestement, tu n'as pas compris grand chose à ce texte.
FIN bis

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   28-03-16 13:38   >>> Répondre à ce message

Tu devrais savoir - connard de BNdar- (tiens ça rime ) que quand tu donnes une interwiew tu relis le texte..... une chose est sur c'est avec des connards de ton genre que l'Afrique peut avancer!

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   28-03-16 13:43   >>> Répondre à ce message

du meme tonneau dans le gense pensum fumeux de Felwine Sarr (sur le Monde Afrique ) "les Africains doivent penser par eux mêmes et pour eux mêmes"

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   28-03-16 15:19   >>> Répondre à ce message

Toujours aussi méprisant, insultant, suffisant. . .
Une fois de plus, tu peux donner ton avis sans insulter ni mépriser.

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   28-03-16 20:39   >>> Répondre à ce message

Devinette :
. quelle est l'entreprise française qui était l'une de celles où il y avait le plus de grève?
. quelle est l'entreprise française mise en faillite plusieurs fois à cause de ses salariés?
. quelle est l'une des entreprises françaises où les salaires étaient les plus élevés par rapport aux compétences, au temps travaillé et aux résultats?

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   29-03-16 00:41   >>> Répondre à ce message

Je ne connais pas toutes les entreprises Françaises mais Seafrance (car-ferry Calais-Douvres) est surement sur le podium .....et j'ajouterais que cette entreprise qui pouvait etre tres performante vis à vis de la concurrence a été "tuée" par la lacheté des hommes politiques du Nord Pas de Calais (pas de vagues!) et des douaniers et policiers qui ont toujours fermés les yeux sur les divers trafics et vols d'une partie du personnel....
Au fait quel est le rapport entre ta devinette et
le dernier pensum de Felwine Sarr ?????

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   29-03-16 01:51   >>> Répondre à ce message

Facile d'accuser les hommes politiques, les douaniers et les policiers.
Ce ne sont pas eux les fautifs!
Quant à la supposée performance, elle n'a jamais été démontrée.

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   29-03-16 13:27   >>> Répondre à ce message

Pauvre Ndar et ta bêtise crasse.....avant de parler de Seafrance renseigne toi un peu plus !
Effectivement les hommes politiques , douaniers ,policiers ne sont pas les premiers fautifs mais quand tu as du vol organisé à bord des navires et que la douane et la police refuse d'enquêter.... quand le pouvoir politique donne TOUJOURS raisons aux syndicats véreux
il devient difficile de piloter avec éfficacité une entreprise....en plus le dernier DG était d'une nullité crasse
Coté performance Seafrance était la seule Cie à faire des escales de 30 mn quand les autres Cies faisaient des escales d'une heure , et quand les Suédois de Stena-Line sont venus à Calais, 3 ans apres ils ont du pliés bagages.....

Le probleme de Seafrance était le meme que celui de la SNCM à Marseille : surtout pas de vagues du coté politique , pas de sanctions et le pouvoir
syndical devient vite mafieux ......il a fallu attendre le dépot de bilan de Seafrance pour que la CFDT ose enfin dissoudre le syndicat local qui barbotait dans le fric !!!!

Quand l'état est faible la chienlit s'installe

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   29-03-16 13:52   >>> Répondre à ce message

Je résume :
Personnel très bien payé, peu d'heures de travail, souvent en grève, qui tragique et qui voler, qui provoque la faillite.
Des hommes politiques lâches, des douaniers et policiers laxistes voir corrompus
des syndicats mafieux. . .
Tout cela en France dans une entreprise française.
Rappelles nous combien d'années tu y as travaillé?
Et c'était tellement juteux, et sans beaucoup de contrainte horaire, que tu as retardé ton départ en retraite!

Et tu oses critiquer, mépriser, dénigrer les africains.

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   29-03-16 13:58   >>> Répondre à ce message

J'oubliais :
"""état est faible la chienlit s'installe""" et """ DG d'une nullité crasse""".
Tu aurais du prendre la direction!

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: dzeta 
Date:   29-03-16 17:05   >>> Répondre à ce message

et c'est reparti !

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Châlons-en-champagne PAYS : France
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   29-03-16 17:42   >>> Répondre à ce message

Tu résumes tres mal Ndar :
Seul le dernier DG était nul et a conduit l'entreprise à la faillite......les 5 dernières années le "syndicat"
avait le monopole de l'embauche !
Difficile de dire que les policiers et douaniers étaient
corrompus mais il y avait des pressions de la haute hierarchie pour ne pas faire d'enquête.....
Les Officiers étaient payés suivant la grille nationale de la profession .....le reste du personnel bien payé effectivement et une grande partie du personnel de la restauration et boutiques avait souvent un salaire un tiers ou double du mien avec le vol !!!!!

Comme tous les marins j'avais les contraintes de travailler à Pacques , 14 juillet ou autres jours férié
et de subir les jours de mauvais temps.....j'y ai travaillé 27 ans sans un seul jour de maladie et je m"honore d'y avoir évité beaucoup de grêves dans mon service !

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   30-03-16 00:14   >>> Répondre à ce message

Comme ton petit coté commissaire politique aime bien jouer les fouilles-merde faudra nous décrire ton parcours professionnel en France....... !jump

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 kkk
Auteur: 2016610yuanyuan 
Date:   10-06-16 07:59   >>> Répondre à ce message

"With the MLB draft later Thursday evening, we are starting to get some more clarity on how things will shake out. The exact details are still muddled, but trends themselves are becoming quite apparent. The Detroit Tigers are said to be interested in pitching with the ninth overall pick, and several names are presenting themselves as options.

Boston College ace Justin Dunn has flown quietly under the radar, but Baseball America has him landing 11th in their final mock draft. He's a prototypical right-handed starter out of college that the Tigers organization loves, and his availability brings him appeal.

Dunn has taken an odd path to becoming a top prospect. Originally, he came out of Boston College's bullpen, but he transitioned into a starting role in dominant fashion this year, posting a 1.49 ERA, 1.03 WHIP, and 9.85 strikeouts per nine innings in 17 appearances (seven starts). John Sickels of Minor League Ball has this glowing review of Dunn's 2016 season.

Dunn opened 2016 in the bullpen again, giving up three runs in 13 innings with a 17/3 K/BB. He moved into the starting rotation in April and has continued to dominate in longer outings, with particularly strong performances against tough competition like Virginia (five shutout innings in his first start) and Louisville (one run in six innings)."
[b]ray ban outlet[/b]
[b]toms shoes[/b]
[b]michael kors handbags[/b]
[b]hermes uk[/b]
[b]nike air max[/b]
[b]polo ralph lauren[/b]
[b]nike air max[/b]
[b]ralph lauren outlet[/b]
[b]abercrombie outlet[/b]
[b]ralph lauren pas cher[/b]
[b]michael kors outlet online[/b]
[b]nike store uk[/b]
[b]coach outlet store online[/b]
[b]adidas nmd[/b]
[b]kate spade outlet[/b]
[b]ray bans[/b]
[b]adidas nmd[/b]
[b]cheap oakleys outlet[/b]
[b]true religion outlet[/b]
[b]coach outlet[/b]
[b]michael kors outlet clearance[/b]
[b]ugg outlet[/b]
[b]polo ralph lauren[/b]
[b]levis 501[/b]
[b]salvatore ferragamo[/b]
[b]michael kors bags[/b]
[b]red bottoms outlet online[/b]
[b]ray ban sunglasses[/b]
[b]nike trainers[/b]
[b]reebok uk[/b]
[b]lacoste outlet[/b]
[b]adidas nmd[/b]
[b]buy red bottoms[/b]
[b]yeezy boost 350[/b]
[b]coach purses[/b]
[b]louis vuitton bags[/b]
[b]louis vuitton outlet[/b]
[b]cheap ray ban sunglasses[/b]
[b]michael kors outlet clearance[/b]
[b]dior sunglasses[/b]
[b]oakley sunglasses wholesale[/b]
[b]true religion jeans[/b]
[b]ray bans[/b]
[b]louboutin outlet[/b]
[b]ray ban sunglass,ray ban sunglasses,ray ban outlet,cheap ray bans,cheap ray ban sunglasses,cheap ray bans,ray bans[/b]
[b]armani exchange[/b]
[b]michael kors outlet online[/b]
[b]oakley sunglasses,oakley sunglass,cheap oakley sunglasses,oakley sunglasses cheap,oakley sunglasses outlet,oakley store,oakley outlet,oakley outlet store,oakley sunglasses sale,oakley sunglasses discount[/b]
[b]christian louboutin shoes[/b]
[b]true religion outlet[/b]
[b]versace[/b]
[b]ray ban outlet store[/b]
[b]louis vuitton outlet online[/b]
[b]pandora charms[/b]
[b]christian louboutin uk[/b]
[b]michael kors outlet stores[/b]
[b]fitflops sale clearance[/b]
[b]ray bans[/b]
[b]nmd adidas[/b]
[b]birkenstocks[/b]
[b]tiffany and co outlet[/b]
[b]fitflop uk[/b]
[b]michael kors outlet[/b]
[b]louboutin pas cher[/b]
[b]true religion sale[/b]
[b]converse shoes[/b]
[b]true religion uk[/b]
[b]oakey sunglasses wholesale[/b]
[b]coach outlet online[/b]
[b]burberry outlet online[/b]
[b]louis vuitton borse[/b]
[b]nike air max uk[/b]
[b]canada goose jackets[/b]
[b]kate spade outlet[/b]
[b]cheap ray bans[/b]
[b]adidas shoes uk[/b]
[b]reebok outlet[/b]
[b]jordan pas cher[/b]
[b]puma shoes[/b]
[b]tory burch outlet online[/b]
[b]omega watches[/b]
[b]hollister co[/b]
[b]michael kors handbags[/b]
[b]converse[/b]
[b]nike cortez white[/b]
[b]fitflops sale[/b]
[b]adidas stan smith[/b]
[b]gucci handbags outlet[/b]
[b]rolex watches[/b]
[b]oakley sunglasses[/b]
[b]bottega veneta[/b]
[b]air max 95[/b]
[b]timberland uk[/b]
[b]hollister clothing store[/b]
[b]adidas superstars[/b]
[b]polo ralph lauren[/b]
[b]pandora charms uk[/b]
[b]cheap jordan shoes[/b]
[b]michael kors handbags[/b]
[b]supra for sale[/b]
[b]ray ban sunglasses[/b]
[b]rolex replica watches[/b]
[b]christian louboutin[/b]
[b]ray ban sunglasses[/b]
[b]nike roshe run women[/b]
[b]skechers shoes[/b]
[b]toms outlet store[/b]
[b]louis vuitton pas cher[/b]
[b]cartier watches[/b]
[b]ghd flat iron[/b]
[b]polo ralph lauren outlet online[/b]
[b]coach factory outlet online[/b]
[b]ghd hair straighteners[/b]
[b]true religion outlet store[/b]
[b]hermes belt[/b]
[b]armani jeans[/b]
[b]nike free flyknit 3.0[/b]
[b]fitflops shoes[/b]
[b]michael kors handbags outlet[/b]
[b]ray-ban sunglasses[/b]
[b]louis vuitton outlet[/b]
[b]michael kors handbags[/b]
[b]birkenstocks[/b]
[b]nike huarache[/b]
[b]coach factory outlet[/b]
[b]michael kors handbags outlet[/b]
[b]michael kors outlet clearance[/b]
[b]cheap oakley sunglasses[/b]
[b]nike blazer[/b]
[b]adidas supercolor[/b]
[b]air max 90 black[/b]
[b]hollister uk[/b]
[b]michael kors outlet[/b]
[b]jimmy choo shoes[/b]
[b]birkenstock outlet[/b]
[b]north face uk[/b]
[b]cheap oakleys[/b]
[b]cheap nike shoes[/b]
[b]new balance outlet[/b]
[b]air jordans[/b]
[b]kobe 11[/b]
[b]christian louboutin uk[/b]
[b]nike flyknit racer[/b]
[b]yeezy boost 350 white[/b]
[b]coach outlet online[/b]
[b]adidas superstar[/b]
[b]basketball shoes[/b]
[b]tiffany jewelry outlet[/b]
[b]rolex submariner[/b]
[b]cheap jordans[/b]
[b]michael kors uk[/b]
[b]louis vuitton handbags[/b]
[b]louboutin outlet[/b]
[b]polo ralph lauren outlet[/b]
[b]louis vuitton outlet online[/b]
[b]valentino shoes[/b]
[b]prada sunglasses[/b]
[b]wholesale nike shoes[/b]
[b]yeezy boost 350[/b]
[b]coach factory outlet online[/b]
[b]fitflops sale clearance[/b]
[b]canada goose jackets[/b]
[b]nike air max[/b]
[b]hollister kids[/b]
[b]michael kors outlet[/b]
[b]kate spade uk[/b]
[b]louboutin shoes[/b]
[b]mlb jerseys wholesale[/b]
[b]ray ban outlet store online[/b]
[b]asics shoes[/b]
[b]adidas trainers[/b]
[b]michael kors outlet[/b]
[b]michael kors outlet online[/b]
[b]kate spade outlet[/b]
[b]coach outlet store online[/b]
[b]true religion jeans outlet[/b]
[b]cheap jordan shoes[/b]
[b]michael kors outlet[/b]
[b]prada outlet[/b]
[b]ralph lauren[/b]
[b]cheap nfl jerseys[/b]
[b]toms outlet[/b]
[b]instyler max[/b]
[b]north face jackets[/b]
[b]abercrombie and fitch[/b]
[b]yeezy boost 350 black[/b]
[b]jimmy choo outlet[/b]
[b]michael kors outlet online[/b]
[b]coach factory outlet online[/b]
[b]louis vuitton handbags[/b]
[b]nike air max 90[/b]
[b]oakley sunglasses outlet[/b]
[b]nike free run flyknit[/b]
[b]longchamp bag[/b]
[b]kate spade outlet[/b]
[b]kate spade bags[/b]
[b]discount oakley sunglasses[/b]
[b]coach factory outlet[/b]
[b]air force 1[/b]
[b]north face outlet[/b]
[b]hollister[/b]
[b]mizuno running shoes[/b]
[b]reebok[/b]
[b]chaussure louboutin[/b]
[b]pandora jewelry outlet[/b]
[b]under armour shoes[/b]
[b]adidas nmd white[/b]
[b]cheap ray-ban sunglasses[/b]
[b]nike air max 90[/b]
[b]ed hardy uk[/b]
[b]polo ralph lauren[/b]
[b]fitflops sale clearance[/b]
[b]adidas pure boost[/b]
[b]ralph lauren uk[/b]
[b]timberland shoes[/b]
[b]supra shoes[/b]
[b]louis vuitton uk[/b]
[b]coach factory outlet[/b]
[b]polo ralph lauren outlet[/b]
[b]oakley sunglasses[/b]
[b]the north face outlet[/b]
[b]coach outlet clearance[/b]
[b]cartier watches for sale[/b]
[b]nhl jerseys wholesale[/b]
[b]sac longchamp pliage[/b]
[b]nba jerseys wholesale[/b]
[b]babyliss flat iron[/b]
[b]ugg outlet[/b]
[b]birkenstock shoes[/b]
[b]versace sunglasses[/b]
[b]nike huarache black[/b]
[b]omega seamaster[/b]
[b]cheap air max[/b]
[b]michael kors outlet online[/b]
[b]black timberland boots[/b]
[b]vans shoes[/b]
[b]coach outlet store[/b]
[b]nike free flyknit 5.0[/b]
[b]jordans shoes[/b]
[b]ecco shoes[/b]
[b]converse shoes[/b]
[b]lacoste shoes[/b]
[b]cheap nfl jerseys[/b]
[b]louis vuitton purse[/b]
[b]oakley sunglasses outlet[/b]
[b]burberry outlet[/b]
[b]asics gel nimbus[/b]
[b]vans outlet[/b]
[b]converse all star[/b]
[b]oakley sunglasses[/b]
[b]coach outlet[/b]
[b]burberry handbags[/b]
[b]under armour outlet[/b]
[b]ralph lauren outlet online[/b]
[b]michael kors handbags[/b]
[b]michael kors outlet[/b]
[b]coach outlet online[/b]
[b]cheap jordans[/b]
[b]louboutin shoes[/b]
[b]tiffany jewelry[/b]
[b]valentino outlet[/b]
[b]oakley sunglasses[/b]
[b]hollister clothing store[/b]
[b]michael kors purses[/b]
[b]burberry outlet[/b]
[b]designer handbags[/b]
[b]coach factory outlet online[/b]
[b]chi flat iron[/b]
[b]mont blanc pens outlet[/b]
[b]nike cortez[/b]
[b]tiffany uk[/b]
[b]coach outlet[/b]
[b]reebok shoes[/b]
[b]longchamp outlet[/b]
[b]nike air force black[/b]
[b]lebron james shoes 2016[/b]
[b]cheap ray bans[/b]
[b]timberland boots outlet[/b]
[b]nike free flyknit 3.0[/b]
[b]ferragamo shoes[/b]
[b]nike free runs[/b]
[b]running shoes[/b]
[b]sac longchamp[/b]
[b]ray ban sunglasses outlet[/b]
[b]louis vuitton outlet online[/b]
[b]ray ban sunglasses[/b]
[b]birkenstock uk[/b]
[b]hollister sale[/b]
[b]nike air force[/b]
[b]oakley outlet[/b]
[b]cheap jordans[/b]
[b]ed hardy outlet[/b]
[b]louis vuitton outlet online[/b]
[b]gucci outlet[/b]
[b]nike free 5.0[/b]
[b]coach outlet online[/b]
[b]yeezy boost 350[/b]
[b]oakley sunglasses outlet[/b]
[b]true religion[/b]
[b]michael kors handbags[/b]
[b]bottega veneta handbags[/b]
[b]coach outlet online[/b]
[b]adidas gazelle[/b]
[b]polo ralph lauren[/b]
[b]designer handbags outlet[/b]
[b]nike tn[/b]
[b]stephen curry shoes[/b]
[b]kobe bryant shoes[/b]
[b]pandora jewelry[/b]
[b]rolex watches uk[/b]
[b]gucci borse[/b]
[b]micahel kors [/b]
[b]coach factory outlet[/b]
"The righty uses a four-pitch mix, as our friends at Lookout Landing report:

Dunn's bread and butter will always be his hard fastball, which will sit 93-95 mph, but it will be interesting to see if he manages to develop either his curveball or slider into a plus pitch. The slider can look deadly at times with late, sharp movement, but I'm not sold on his ability to consistently command it. The curveball is a big looper that is occasionally left up, but he mixes it amongst his pitches well and frequently catches hitters off guard with it.

Dunn also has a changeup that has been described as ""show-me,"" but I think literally every college pitcher's changeup is like that.

I think it's fair to wonder whether or not Dunn can hold up to the rigors of starting. Even in his dominant 2016 season, he has only thrown about 60 total innings. Asking him to throw another 30 or 40 in Connecticut this year may be a stretch, and he likely would not be able to elevate to 160 innings for a few years. It's possible he moves to the bullpen, although his transition to a starter has worked quite well so far.

So why would the Tigers consider him? Simply put, Dunn is an athletic freak with the ability to make the most on his talent. MLB.com says:

His command is fringy at present, but his outstanding stuff helps make up for it. Many teams feel Dunn has a very good chance to start as a Yordano Ventura type athletic, yet slightly undersized, right-hander. As a result, he was flying up boards, with some feeling he could be gone by the end of the first round.

Obviously, he's gone and improved his stock even more since then. It's reported that the Seattle Mariners are very interested in him with the No. 11 pick, but it remains to be seen if the Tigers want to move in and take him before then. If so, his solid arsenal provides him with a good chance to be a contributor at the big league level."

 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   06-08-16 16:26   >>> Répondre à ce message

Suite aux élections municipales en Afsud , l'ANC au pouvoir a pris une grosse claque , il n'a obtenu que 53,8% des voix
l'opposition , l'Alliance Démocratique, a gagnée Prétoria , Port Elizabeth et conserve largement Le Cap , le dépouillement de Johannesburg n'est pas terminée

L'ANC pourrait écourter le regne de Jacob Zuma pour éviter un autre recul aux élections de 2019 !.....l'héritage de Nelson Mendela est déjà bien entamé !

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   07-08-16 09:14   >>> Répondre à ce message

Doit-on comprendre que tu es favorable à un parti unique ou au pouvoir permanent et exclusif d'un parti?
""" l'ANC au pouvoir a pris une grosse claque , il n'a obtenu que 53,8% des voix"""
Ce score serait largement apprécié dans beaucoup de pays.
Que l'ANC et Zuma soit critiquable, c'est évident et décevant.
Mais l'Afrique du Sud revient de loin.

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   07-08-16 11:56   >>> Répondre à ce message

Je constate seulement que Jacob Zuma est en train de détruire l'héritage de Nelson Mendela avec ses nombreux proces et que de nombreux noirs ont préféré quitter l'ANC et rejoindre le parti d'opposition , l'Alliance Democratique ......

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Guélowar   
Date:   07-08-16 17:15   >>> Répondre à ce message

il faut pas rester dans le passé. héritage ok mais la politique, la démocratie c'est du présent et pour le futur

Nino irresponsable, zap total. Reureka vicieux, conneries de toutes sortes, dénigrement systématique perpétuel erroné trop souvent, lecture parcelaire zero réaction. Couilledeloup maboul et maso, retour de bâton.
demsenegaldem.forumsenegal.net
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   10-08-16 10:56   >>> Répondre à ce message

in rfi.fr :
"""ENVIRONNEMENT | ENERGIES
Les énergies renouvelables, levier de croissance des économies africaines
Le projet Sénergy au Sénégal. Située à Méouane, dans la région de Thiès, cette centrale devrait produire 30 mégawatts d'énergie solaire.
© ©GettyImages/acques LOIC
Par RFI
Publié le 10-08-2016 • Modifié le 10-08-2016 à 04:15
Pour la deuxième année consécutive, une étude menée par Havas Horizons et l'institut Choiseul démontre l'optimisme des investisseurs internationaux dans le domaine des énergies renouvelables. L'énergie solaire est perçue comme la plus prometteuse.
On savait le secteur des énergies fossiles en perte de vitesse avec la chute des cours mondiaux du pétrole en particulier. Mais d'après l'étude signée Havas Horizons et l'institut Choiseul, qui a sondé une cinquantaine d'investisseurs étrangers, l'heure est à l'optimisme, surtout sur le long terme. La moitié des personnes interrogées mentionnent l'énergie comme premier secteur porteur, devant les services financiers, les transports et l'agriculture.
Leur optimisme est porté notamment par le secteur des énergies renouvelables. Avec son potentiel solaire, hydrologique, éolien et thermal, le continent peut devenir une référence mondiale en la matière, disent les sondés. Dans le top 5 des Etats à fort potentiel énergétique, on retrouve le Nigeria, la Côte d'Ivoire, le Kenya, le Maroc, ou encore l'Afrique du Sud. Ces deux derniers ont misé sur le développement du solaire. 51% des investisseurs sondés jugent cette énergie prometteuse.
Pour autant, de nombreux freins viennent entraver le développement de ces énergies renouvelables. Sont citées la mauvaise gouvernance, l'instabilité politique et l'insécurité ou encore la faible qualification de la main d’œuvre et les risques juridiques.
Sur le même sujet
La plus grande centrale solaire d'Afrique de l'Ouest a trouvé ses financements
Mali: 72 lampadaires solaires installés à Gao
Les projets d’énergie solaire se multiplient en Afrique """

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   10-08-16 14:46   >>> Répondre à ce message

"mauvaises gouvernance , instabilité politique , insécurité , faible qualification de la main d'oeuve , risques juridique " ....ça existe tout ça Ndar en Afrique Noire ????
Centrale de solaire de 30 MW à Thies , de quoi alimenter une grosse moitié de la ville ....pendant ce temps la centrale NOOR 1 au Maroc produit 160 MW pour une extention de 5580 MW en 2020 .....en 2020 le gouvernement
Marocain prévoit de fournir 42% de son electricité par des energies renouvelables dont 2 GW de solaire avec la construction de 4 nouvelles centrales solaires
Toute la difference entre un pays qui bricole et un autre qui a un plan à long terme.....

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   10-08-16 15:19   >>> Répondre à ce message

Mais putain vieux con
vas au Maroc, au Vietnam,
retourne en France si l'herbe y est plus verte pour toi.
Et fous la paix au Sénégal.
Tu ne comprends rien

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   10-08-16 15:42   >>> Répondre à ce message

C'est toi qui fait toujours la police sur le Forum des que l'on critique par contre tu reprends un article de presse qui liste les défauts de l'Afrique .....de toute façon intelectuellement tu es nul , va donc te faire greffer un cerveau , pauvre déchet ....

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   14-08-16 11:31   >>> Répondre à ce message

Une voix discordante que j'apprécie.
Par contre, je ne suis pas fan de Jeune Afrique.
in jeuneafrique et rfi :
"""t
Jean-Marie Cour : « Les migrations sont indispensables »
Publié le 08 février 2016 à 11h29
Par Frédéric Maury et Jean-Pierre Boris
Pour l'économiste français, la mobilité des populations africaines est nécessaire au développement du continent. Et à sa sécurité.
À LIRE AUSSI
UE - Afrique : les timides avancées du sommet de Malte sur l'immigration
Jean-Marie Cour : "Une ville doit mûrir pour devenir viable"
Côte d'Ivoire : le péril jeune
Économiste et démographe, Jean-Marie Cour plaide pour que les questions de peuplement soient placées au centre des débats économiques en Afrique subsaharienne. Il préfère d’ailleurs parler de « pays en voie de peuplement » que de « pays en voie de développement ». Qu’il s’agisse des frontières, des migrations ou de la nécessité d’accompagner l’urbanisation plutôt que de fixer les populations dans les campagnes, son discours fait bouger les lignes. Entretien.
Frontières et pauvreté
« La lutte contre la pauvreté telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, avec l’idée d’aider les pauvres là où ils sont, est une erreur. Au contraire, il faut que les gens franchissent les frontières. Les migrations sont indispensables en raison du boom démographique. La « surdensification » de certains pays est un drame. »
Financer le développement
« Pour répondre aux besoins en infrastructures, les modes de financement auxquels les pays occidentaux ont eu recours par le passé, comme l’esclavage ou la corvée, ne sont plus utilisables. Et aujourd’hui ces mêmes pays imposent en Afrique leurs propres normes, éthiques ou de qualité. Il faudrait donc des transferts définitifs – et non des prêts – du Nord vers les pays en voie de peuplement. Ce n’est pas faire œuvre de charité, car le peuplement de l’Afrique est un problème planétaire. »
Blop!
L’emploi des jeunes
« Il est faux de dire qu’il n’y a pas de travail au sud du Sahara. C’est dans le secteur informel que se trouvent les emplois et que se forme une jeunesse entrepreneuriale. Les statistiques africaines ne valant rien, tout cela n’est pas perçu. »
Les tensions au Sahel
« Les prévisions des Nations unies, qui envisagent 70 millions d’habitants au Niger en 2070, se fondent sur l’hypothèse d’une migration zéro, ce qui est une absurdité intellectuelle. Une grosse partie des populations sahéliennes seront ailleurs, pour peu qu’on les ait laissé migrer. La crainte de Serge Michailof dans son ouvrage Africanistan [qui prévient d’une montée du terrorisme au Sahel] vient du fait que la croissance de la population sahélienne n’est plus régulée par l’émigration. Si on ne renverse pas cette tendance, la crainte d’un basculement vers le terrorisme est réelle. """

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   14-08-16 11:34   >>> Répondre à ce message

in jeuneafrique :
"""Jean-Marie Cour : « Une ville doit mûrir pour devenir viable »
19 mars 2015 à 12h24
Par Olivier Caslin
Jean-Marie Cour, économiste et spécialiste de l'aménagement du territoire, répond aux questions de "Jeune Afrique" au sujet du processus d'urbanisation sur le continent.
Pour cet économiste français, consultant pour plusieurs institutions internationales, les autorités doivent profondément revoir leur vision de l’urbanisation.
Jeune Afrique : Que pensez-vous du processus d’urbanisation en cours sur le continent africain ?
Jean-Marie Cour : Il ne s’est pas très bien déroulé car sa réalité a été niée par les pouvoirs publics et les organisations internationales de développement, obligeant les populations à s’établir dans les pires conditions sur les zones les plus difficiles à urbaniser. Les autorités devraient faciliter le mouvement plutôt que de tenter de le freiner. Et comprendre qu’une ville ne se construit pas du premier coup. Elle doit mûrir pour devenir vivable. En Afrique, les zones urbaines sont très jeunes et il leur faudra plusieurs générations avant d’atteindre la qualité et la complexité des villes plus anciennes.
Comment les villes peuvent-elles accompagner la croissance urbaine ?
Il faut lutter en priorité contre la pauvreté du cadre de vie des populations urbaines. Et non pas aider les pauvres à le rester en les maintenant dans leurs campagnes. L’Afrique n’a pas besoin de davantage d’agriculteurs, mais de consommateurs. Et ces derniers vivent en ville. Il faut aussi revoir l’accès au foncier. Les élites n’ont fait qu’organiser sa rareté pour créer des morceaux de ville tout équipés, destinés aux classes privilégiées. Construire de nouveaux quartiers avant d’équiper ceux existants n’a jamais favorisé la densification ni amélioré la rentabilité des services publics.
Quelle est selon vous la priorité ?
Les infrastructures, après des années de sous-investissement. Il va falloir faire preuve d’imagination pour collecter des fonds sur un continent où l’argent reste difficilement accessible aux collectivités locales. Ou inventer de nouveaux mécanismes de financement, par l’émission de bons ou d’obligations municipales par exemple. N’est-ce pas ainsi que les villes américaines ont financé leur développement à la fin du XIXe siècle ?
Propos recueillis par Olivier Caslin """

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   14-08-16 13:43   >>> Répondre à ce message

Quel pays a envie de recevoir les Nigériens sur leur sol ?
comme le Niger a un des taux de fécondité les plus élevé de l'Afrique subsaharienne faudrait peut etre faire de l'information au niveau du controle des naissances.....

L'informel n'est qu'une adaptation des populations pour survivre ....

Si les pays avaient des programmes agricoles ambitieux peut etre que les paysans seraient moins pauvres et n'auraient pas envie de migrer en ville , en plus la sécurité alimentaire est la 1ere des sécurités ....

Quand à une politique de l'urbanisme il y a du travail à faire , ça ne semble pas etre un grand soucis des gouvernements .....

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   14-08-16 13:45   >>> Répondre à ce message

Quel pays a envie de recevoir les Nigériens sur leur sol ?....Pour l'instant les populations les plus pauvres ont envient de migrer vers "l'eldorado" Européen plutot que dans le pays voisins .....

comme le Niger a un des taux de fécondité les plus élevé
de l'Afrique subsaharienne faudrait peut etre faire de l'information au niveau du controle des naissances.....

L'informel n'est qu'une adaptation des populations pour survivre ....

Si les pays avaient des programmes agricoles ambitieux peut etre que les paysans seraient moins pauvres et n'auraient pas envie de migrer en ville , en plus la sécurité alimentaire est la 1ere des sécurités ....

Quand à une politique de l'urbanisme il y a du travail à faire , ça ne semble pas etre un grand soucis des gouvernements .....

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   14-08-16 14:07   >>> Répondre à ce message

Gagné!

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   14-08-16 14:18   >>> Répondre à ce message

La migration inter-africaine a toujours existé et a toujours était importante.
Bien plus que la migration hors d'Afrique.
Et il est faux de penser que les africains qui migrent, souhaitent le faire majoritairement hors d'Afrique.
L'informel n'est pas qu'une économie de survie.
C'est une économie traditionnelle et qui peut génèrer des profits confortables.

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Eureka 
Date:   14-08-16 14:30   >>> Répondre à ce message

L'informel a pris son essor quand le FMI a impose ses plans d'ajustement structurels .....il y a de gros profits pour quelques uns mais pour la masse on vivote !

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Dakar PAYS : Senegal
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   24-08-16 01:41   >>> Répondre à ce message

in rfi.fr :
"""Les hubs technologiques de startups innovantes se multiplient en Afrique
Créé en 2011 à Dakar, le CTIC réunit une quinzaine de jeunes entreprises dans les domaines du développement de logiciels, de marketing digital ou de conception d'objets connectés.
© RFI/Matthieu Millecamps
Par RFI
Publié le 23-08-2016 • Modifié le 23-08-2016 à 03:03
Service en ligne, e-commerce, économie de partage, marketing digital, technologies vertes … Les entreprises innovantes fleurissent en Afrique, au sein de nouveaux hubs technologiques. C’est la conclusion d’un rapport du cabinet d’étude GSMA Intelligence. Il y en aurait 314, contre à peine 120 l’an dernier. Les «hubtech», où se lancent et se côtoient les start-up de demain, sont donc en pleine explosion sur le continent. Ils sont très récents, quatre ans de moyenne. Mais mal répartis sur le continent.
Cinq pays africains se partagent la moitié des hubs comptabilisés par GSMA Intelligence : l’Egypte, le Kenya, le Maroc, le Nigeria. Et l’Afrique du Sud, qui en compte 54 à elle seule. Derrière, le Ghana, l’Ouganda, la Tunisie et le Sénégal tirent leur épingle du jeu.
Les autres pays, de l’Algérie à Madagascar, en comptent moins de cinq chacun. Car la naissance de ces hubs technologiques est d’abord liée à la qualité des réseaux téléphoniques, à ceux de l’Internet câblé ou via Wi-Fi. Indispensable pour les start-up du digital qui se lancent et se développent dans ces hubs.
Sur ce point, les opérateurs mobiles ont bien compris l'intérêt d'investir. A l'image du Français Orange ou du Sud-africain MTN. Le premier a lancé un incubateur à Niamey, au Niger. Et le deuxième a implanté deux espaces de co-working, à Buea et Douala, sur la côte camerounaise.
Le mobile, outil indispensable pour les nouveaux entrepreneurs. C'est en Afrique centrale que le cabinet GSMA compte le moins de hubs. Des pays qui comptent seulement un tiers d'abonnés aux réseaux mobiles.
■ L'exemple égyptien
En Egypte, une première vague de startup étroitement liées aux nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) a été créée au lendemain de la révolution. Une nouvelle dynamique semble se dessiner notamment grâce au développement des hubtech, ces pépinières d'entreprises naissantes. Il y en a une quinzaine au Caire.
L’un des hubtech les plus connus se trouvent sur le vieux campus de l’université américaine, à deux pas de la place Tahrir. Dans une ancienne salle de classe, Mohamed Mansour a installé ses bureaux. Il est le fondateur de Rise-up, une entreprise qui met en contact les investisseurs et les entrepreneurs. Les derniers mois de l’année 2015 se sont soldés par des levées de fonds de plusieurs millions de dollars
« Nous avons eu comme ça, deux, trois, quatre investissements massifs. Nous n’étions pas prêts, c’était surprenant pour nous ! Récemment, nous avons surtout vu la création d’entreprises dans le secteur des énergies renouvelable, mais le secteur le plus porteur est celui des téléphones portable et d’internet », analyse Mohamed Mansour.
Au Greek campus, on retrouve par exemple le siège de Jobzella, le premier site de recherche d’emploi au Moyen Orient. A quelques kilomètres kilomètres de là se trouvent Bedoya.
Ahmed Khalil, créateur d’un robot connecté destiné aux pisciculteurs, explique qu’il n’aurait pas pu s’en sortir sans la structure : «
Maintenant en Egypte il y a un écosystème, il y a dix ans c’était un rêve d’avoir un écosystème de connaître des investisseurs ou d’autre entrepreneurs donc c'est mieux mais dans le même temps, la compétition est plus difficile maintenant. »
Si l’environnement s’est amélioré pour les startupeurs, la situation économique de l’Egypte et les restrictions de l’armée concernant l’importation de certains composants électroniques freinent le développement des petites entreprises innovantes.
■ A Dakar, le CTIC donne le ton
Depuis 2011, Dakar accueille le premier incubateur de startups de l’Afrique francophone. Pour accompagner la révolution digitale en Afrique, CTIC sélectionne des projets puis aide à mettre sur pied des entreprises dans le domaine de la technologie de l’information et de la communication, en les faisant aller vers de nouveaux produits et de nouveaux marchés.
En cinq ans d’existence, le CTIC de Dakar a créé plus de 200 emplois et a incubé des entreprises devenues depuis des références dans le secteur des TICS. Cherif Ndiaye est le créateur d’ « Ecole au Sénégal ». Incubée au CTIC depuis 2013, cette startup rend les programmes scolaires sénégalais accessibles à n’importe quel élève via un site web. Notamment grâce à des vidéos de cours donnés par des professeurs.
« Être incubé au CTIC pour une startup permet d’être dans un écosystème où l’ensemble des entrepreneurs sont des passionnés des technologies de l’information et de la communication. Le second c’est le fait de pouvoir outsourcer la comptabilité, la fiscalité pour permettre à l’entrepreneur de se concentrer sur ce qu’il sait faire. »
A Dakar, le CTIC accompagne la croissance d’entreprises dans le secteur des technologies de l’information et de la communication, sous la forme d’un programme sur trois ans. Outre l’accompagnement d’entrepreneurs plus expérimentés, le centre propose un programme court sur 6 mois pour tester un modèle économique et a lancé récemment un programme de promotion des objets connectés.
« On a énormément de problématiques liées à notre environnement. Je pense qu’il sera bienvenu d’avoir des vêtements qui pourront donner la qualité de l’air, d’avoir des maisons connectées », explique Eva Sow Ebion, responsable du business développement du CTIC Dakar.
CTIC Dakar veut aujourd’hui reproduire son modèle de centre d’incubation, comme elle l’a déjà fait au Niger. L’incubateur d’entreprise mène actuellement des études de faisabilité en Mauritanie, au Gabon et au Togo. """

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   13-09-16 13:21   >>> Répondre à ce message

C'est de l'économie aussi, et de la politique!
in rfi.fr :
"""A la Une: la fête du mouton
Par Frédéric Couteau
C’est un dessin du caricaturiste Dilem dans le quotidien Liberté à Alger, intitulé « les algériens fêtent l’Aïd el-kebir ». On y voit un homme, l’air désespéré, demander à un vendeur de mouton qui tient son animal en laisse : « c’est combien pour la corde ? »
Comme chaque année, les temps sont durs… Que ce soit à Alger, Libreville, Dakar ou Ouaga, pas facile pour les plus modestes de se procurer un mouton.
Exemple au Mali, rapport le site Studio Tamani : « un peu partout dans le pays, les consommateurs disent avoir des difficultés pour s’approvisionner avec les produits de leur choix, en raison des prix. Les commerçants de Bamako quant à eux, dénoncent l’opération de déguerpissement qui serait à l’origine des réticences des clients. A cela s’ajoute selon eux le contexte économique difficile du pays et ainsi que l’hivernage. »
Pourtant, des moutons, il y en a pour tous les prix. « Entre 30 000 et 300 000 francs CFA», s’il faut en croire le quotidien Le Pays au Burkina. Mais les temps sont durs aussi pour les vendeurs, comme l’explique Daouda, rencontré sur le marché à bétail de Tanghin, à l’arrondissement 4 de Ouaga : « depuis les provinces, les moutons sont chers parce qu’il y a des étrangers qui viennent du Ghana, du Niger pour en acheter, affirme-t-il. Moi, j’ai 100 moutons que j’ai fait venir des provinces. Il y a des béliers que j’ai achetés à 150 000 francs CFA. Je les revends entre 135 000 et 175 000 francs CFA, juste pour récupérer mon argent de transport. Mais, les clients ne viennent pas parce qu’il n’y a pas d’argent. Les petits ruminants, je les ai eus à 60 000 francs CFA. Je les revends à 65 000 francs CFA parfois. Mais, cela fait 20 jours que je suis ici et je n’en ai vendu que 20, soit un mouton par jour. »
Tabaski et politique
« Comme les années passées, le contexte socio-économique était tel que beaucoup ont peiné à trouver le mouton à immoler, pointe également Ledjely.com en Guinée. De nombreux chefs de ménage ont sué pour trouver les habits de fête pour les enfants notamment. Par contre, contrairement aux autres fois, la fête de la Tabaski de cette année coïncide avec un contexte de détente politique sans précédent, remarque encore le site guinéen. » En effet, précise-t-il, « depuis la rencontre entre le président de la République, Alpha Condé, et le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, le 1er septembre dernier, la tension et la crispation politique habituelle ont cédé la place à une certaine décompression. L’atmosphère ambiante est empreinte de soulagement. Une vague sur laquelle les imams, dans leurs différents sermons, et le président de la République ont surfé, pour certainement renforcer la dynamique. »
En effet, se réjouit Guinée Conakry Infos, « le président Alpha Condé vit sur un petit nuage, depuis qu’il fume le calumet de la paix avec son principal opposant, Cellou Dalein Diallo. Et hier, il a prié pour “que les Guinéens se donnent la main pour que notre pays avance”.
»
« Folie crétinisante »
Tabaski et politique toujours, mais cette fois au Gabon… « En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle, relate Aujourd’hui à Ouaga,
au-devant de laquelle pend le contentieux électoral qui a mis le feu au pays, les musulmans ont imploré Allah, le Miséricordieux, hier, d’apporter la paix aux Gabonais. A la Mosquée Hassan II de Libreville, les disciples de Mohamed s’en sont donc remis à Dieu, face à la folie crétinisante des hommes pour le pouvoir, afin qu’il leur fasse prendre conscience que tout cela n’est que gloriole de poussière, et qu’in fine, le Palais du bord de mer ne vaut pas qu’on tue des Gabonais pour y accéder. Le président Ali Bongo y était, relève encore Le Pays, mais reste à savoir si lui et Jean Ping s’en remettront aux prières, à l’énoncé du verdict de la Cour constitutionnelle, attendu dans les prochains jours. »
Enfin, toujours à l’occasion de la Tabaski hier, cette intervention remarquée de Macky Sall, rapportée notamment par le site d’information Seneweb : « la réponse au terrorisme doit s’éloigner de la “stigmatisation” des musulmans, a affirmé le président sénégalais, qui a invité les pays occidentaux à éviter “d’exacerber le choc des civilisations ou le choc des religions”. […] Le président Sall a aussi rappelé, pointe encore Seneweb, que les premières victimes du terrorisme étaient les musulmans. """

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   16-09-16 10:07   >>> Répondre à ce message

L' Afrique, poubelle du monde ou vache à lait!
in rfi.fr :
"""Carburants toxiques en Afrique: des conséquences désastreuses sur la santé
Une station essence à Bamako, au Mali.
© © Issouf Sanogo/AFP
Par RFI
Publié le 16-09-2016 • Modifié le 16-09-2016 à 09:29
Jeudi 15 septembre, le rapport de l'ONG Suisse Public Eye mettait en lumière la piètre qualité des carburants disponibles en Afrique et les pratiques peu scrupuleuses des négociants suisses en matières premières. Il ressort que sur les 40 échantillons de carburants prélevés par les auteurs du rapport dans les huit pays d'Afrique étudiés, aucun ne pourrait être commercialisé en Europe car ces carburants ont des teneurs en soufre entre 200 et 1000 fois supérieurs aux normes sanitaires européennes. Avec des conséquences désastreuses sur la qualité de l'air donc sur la santé publique.
Si rien n'est fait, plus de 30 000 personnes pourraient mourir prématurément de pollution atmosphérique
sur le continent africain d'ici 2030. C'est en tout cas la conclusion d'une étude menée par l' ICCT, une ONG spécialisée dans la promotion des véhicules propres.
Le soufre n'est pas le seul responsable de la pollution de l'air, mais son action est particulièrement pernicieuse. Car non seulement, il contribue à l'émission de particules fines qui se logent profondément dans les poumons et provoquent de nombreuses maladies cardiaques et respiratoires, mais en plus le soufre détruit les technologies de contrôle des émissions comme les particules à filtre de diesel. Autrement dit, si la teneur en soufre des carburants utilisés reste identique, même une généralisation des véhicules propre sur le continent n'aurait que peu d'effet.
→ A (RE)ECOUTER : Vente de carburant toxique en Afrique: «C'est illégitime mais légal»
Or, tout indique que le parc automobile va augmenter dans les prochaines années puisqu'on estime que la population urbaine pourrait tripler d'ici 2050 sur le continent. Et si les études restent encore rares sur le sujet, un rapport récent de la Banque mondiale a montré qu'au Ghana, pour la seule année 2013, la pollution de l'air avait coûté 542 millions d'euros en consultations médicales.

L'essence kpayo comme on dit ici est vendue partout, dans de grosses bonbonnes ou dans des bouteilles en verre. Non traitée, elle contient beaucoup de benzène, très cancérigène, et de plomb. C'est ce qu'utilisent les milliers de conducteurs de taxis-motos.
Au Bénin, plus de 90% des conducteurs achètent l'essence frelatée
16-09-2016 - Par Delphine Bousquet """

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: gargamel   
Date:   23-10-16 14:03   >>> Répondre à ce message

ET CETTE ESSENCE ELLE SORT DE QUELLE RAFFINERIE ,
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   23-10-16 15:17   >>> Répondre à ce message

Il a tout compris du message lancé le cacamel.

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: dzeta 
Date:   23-10-16 16:59   >>> Répondre à ce message

"Il a tout compris du message lancé le cacamel."


Comme Gargamel je poserais volontiers la même question...

Au Bénin (que je connais assez bien, au Togo, que je connais plutôt bien) on trouve cette essence frelatée et importée des pays limitrophes.
Allez respirer l'air de Cotonou ou de Lomé !

Mais ce ne sont pas ces pays limitrophes qui savent raffiner le pétrole, même si il vient de leur sous-sol...

Alors qui laisse partir une telle merde sur le marché parallèle ?
Toutes les raffineries sont dans le coup...
Fermant les yeux quand au cours d'un raffinage mal ou peu terminé, de nettoyage de cuves etc.
De la camelote s'évapore...
Pour se retrouver où ?

C'est tellement plus rentable...

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Saint-étienne-au-temple PAYS : France
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   23-10-16 17:31   >>> Répondre à ce message

D'accord mais là le message principal concernait les produits vendus légalement.
Par défaut de normes, ou normes insuffisantes, ou normes non respectées par lascisme ou corruption, des courtiers mondiaux ou des compagnies pétrolières profitent pour augmenter leur bénéfice en venant des produits de mauvaise qualité.
Que les gouvernements revoient les normes et les appliquent.

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: dzeta 
Date:   23-10-16 18:04   >>> Répondre à ce message

"Que les gouvernements revoient les normes et les appliquent."

Faudra leur expliquer !!!

Même les flics au Bénin s'approvisionnent sur le marché (j'allais dire parallèle alors qu'il est quasiment officiel)
Tout le monde s'en fout dés l'instant que les Zem peuvent rouler !

Qu'alors y faire ?

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Saint-étienne-au-temple PAYS : France
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   23-10-16 18:22   >>> Répondre à ce message

Je ne parle pas de l'essence frelatée et vendue illégalement.
Mais des produits vendus légalement aux pays africains qui n'ont pas les mêmes normes de composition qu'en Occident.
De ce fait, ces produits vendus légalement n'ont pas la même qualité. . .
in usinenouvelle.com :
""" Carburants toxiques: si les pays d'Afrique relèvent leurs normes, les maisons de négoce s'y plieront
MYRTILLE DELAMARCHE
PUBLIÉ LE 15/09/2016 À 18H25
Vitol, Trafigura ou Addax mais aussi Glencore, Mercuria et Gunvor commercialisent en Afrique des carburants toxiques, qui ne pourraient être vendus nulle part en Europe, montre l’ONG Public Eye (ex Déclaration de Berne) dans un rapport publié le 15 septembre. C’est vrai. Mais si la démarche n’est pas éthique, elle n’est pas non plus illégale.
Trafic routier dans la région d'Accra, Ghana.
© Fabian Biasio
"En Afrique de l’Ouest notamment, les négociants Vitol, Trafigura ou encore Addax & Oryx profitent de la faiblesse des standards pour vendre des carburants de mauvaise qualité" , affirme Public Eye en introduction du
rapport "Dirty Diesel" rendu public ce 15 septembre. Les échantillons prélevés à la pompe par l’ONG dans 8 pays du continent africain [Angola, Bénin, Congo, Ghana, Côte d'Ivoire, Mali, Sénégal et Zambie] atteignent jusqu’à 378 fois la teneur en soufre autorisée en Europe. Ils contiennent à des niveaux également interdits par les normes européennes d’autres substances nocives comme le benzène et les aromatiques polycycliques.
L’ONG affirme en outre que les négociants suisses fabriquent à dessein ces carburants de piètre qualité, en mélangeant divers produits pétroliers semi-finis à d’autres substances pétrochimiques afin de créer ce que l’industrie appelle "la qualité africaine". C’est là qu’est la nuance : les teneurs des échantillons prélevés sont comparées aux normes européennes, très différentes de celles en vigueur dans nombre de pays d’Afrique, où elles ont peu évolué alors que la réglementation européenne ne cessait de se durcir. "En moyenne, le niveau de soufre accepté dans les carburants en Afrique est 200 fois plus élevé que la limite européenne" , reconnaissent les auteurs du rapport.
Quantité maximale de souffre (en parties par million - ppm) dans le carburant diesel par région
© Public Eye
L’information n’est pas nouvelle. En 2012, Hart Energy publiait une carte du monde de la teneur en soufre dans le gazole qui montrait une teneur moyenne supérieure à 2000 ppm sur le continent africain, avec des pics supérieurs à 7000 ppm dans certains cas. Seul le Maroc avait à l’époque imposé l’utilisation de gazole désoufré.
© Moteur Nature / Hart Energy
UN RISQUE MAJEUR POUR LA SANTÉ PUBLIQUE
Le niveau de soufre dans le carburant influe directement sur les émissions de dioxyde de soufre (SO 2) émis par le véhicule. "L’utilisation de carburants désoufrés (à 10 ppm) réduirait immédiatement de moitié les émissions de polluants. Couplée à un renouvellement du parc pour des véhicules utilisant des systèmes modernes de réduction des émissions, les polluants émis par les véhicules baisseraient de 99%", affirme Public Eye.
Le SO2 n’est pas le seul désagrément de ces carburants toxiques. Dans certaines villes africaines, le niveau de particules en suspension est plus élevé qu’à Pékin ou New Delhi :
© Public Eye
UN FREIN À L’EXPORTATION DE VÉHICULES HAUT DE GAMME
"Même si toutes les voitures en circulation étaient neuves, ces hauts niveaux de soufre corroderaient les systèmes de contrôle des émissions les plus modernes et la qualité de l’air n’en serait pas améliorée. Tant que le niveau de soufre ne baissera pas, tous les efforts de modernisation du parc automobile africain seront vains" , affirme Public Eye dans son rapport.
La piètre qualité des carburants vendus en Afrique, si elle permet à certains d’écouler leurs invendus, pénalise effectivement les constructeurs dont les gammes aux nouvelles normes européennes deviennent incompatibles avec ces carburants. Notamment dans les camions : "nous faisons d’énormes efforts pour satisfaire aux normes Euro qui sont plus rigoureuses dans le poids lourds que dans l’automobile. Par exemple, les niveaux d’émissions d’un camion doivent être garantis pendant 750 000 km. Mais nous sommes confrontés à un problème de qualité de carburant dans certaines zones comme l’Afrique du Nord, qui nous empêche de faire rouler des poids lourds après la génération Euro 3. Les équipements de dépollution modernes ne sont pas compatibles avec ces fortes variations de la qualité de carburant" , expliquait récemment Jean-Marc Diss, directeur général de Daimler Trucks France, à l’Usine Nouvelle.
TOUT EST QUESTION DE NORMES
A travers une pétition, Public Eye demande à Trafigura de s’engager à ne vendre, partout dans le monde, que des carburants conformes au standard européen. Plus qu’une solution sérieuse au problème de pollution atmosphérique en Afrique, il s’agit là d’un clin d’œil à l’engagement du PDG de la multinationale à la réputation sulfureuse, Jeremy Weir, de faire de Trafigura "un leader reconnu en matière de responsabilité sociale d’entreprise" . Il est plus urgent de convaincre les gouvernements des pays importateurs de relever leurs normes nationales, la société de négoce n’étant là certes pas éthique mais néanmoins dans la légalité.
Myrtille Delamarche"""


















et potentiellement plus nocifs pour le matériel, l'environnement et les Hommes.

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
Message édité (23-10-16 18:36)
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: gargamel   
Date:   23-10-16 19:03   >>> Répondre à ce message

Quand on passes un contrat d'achat à un groupe pétrolier (Shell , BP Total etc....) on spécifie toujours les qualitées du carburant (teneur en eau , en soufre , indice d'octane ...etc) avec prises d'échantillons et analyses à la livraisons .....si cette procédure tres simple n'est pas appliquée dans certain pays d'Afrique c'est que toute la chaine est corrompue : gouvernement , courtier , société d'exploitation des stations services .......
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   23-10-16 19:14   >>> Répondre à ce message

Dans ces enquêtes, on parle surtout des normes qui sont moins contraignantes qu'en Occident, rien d'illégal mais plutôt amoral (pas de morale en affaires) voir illégitime, mais tant que ce n'est pas pénalisable. . .

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: gargamel   
Date:   23-10-16 23:10   >>> Répondre à ce message

Comme dans beaucoup de domaines en Afrique les normes sont élastiques et pas appliquées : beaucoup de personnes doivent toucher des pots de vins pour fermer les yeux....
....il suffit de voir comment se passe le controle techniques des bagnoles au Sénégal !!!
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   24-10-16 00:04   >>> Répondre à ce message

Rien à voir!
Dans le sujet on parle de normes "légères".
Les vendeurs en profitent juste.
Il ne s'agit pas de pots de vin ou de normes élastiques.
Le texte est pourtant facile à comprendre!

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: gargamel   
Date:   24-10-16 09:48   >>> Répondre à ce message

Qui fixe les normes ? les gouvernements importateurs de ces produits pétroliers ....comme ils ferment les yeux bien evidemment des salopards en profitent !!! qui doit controler ces produits ? le gouvernement des pays importateurs et il est bien évident qu'il y a des pots de vin , on est en Afrique quand meme :)

pourquoi le Maroc a éxigé du gazoil dessoufré et pas les autres pays ! ....et pourquoi se sont toujours des ONG qui dénoncent ces scandales ?
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   24-10-16 09:57   >>> Répondre à ce message

Qui a dit le contraire?
Dur la lecture!

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   27-10-16 09:18   >>> Répondre à ce message

Une partie de ces travailleurs sont d'anciens producteurs de tomates dans leurs pays d'origine.
Un des résultats : plus de production locale et la population mangent de la tomate italienne!
in lefigaro.fr :
"""L'Italie veut mettre fin à l'esclavagisme dans ses campagnes
Publié le 27/10/2016 à 06:00
Recrutés par des intermédiaires illicites, ces travailleurs agricole sont payés trois euros de l'heure pour des journées de huit à dix heures. Crédits photo : CC Guy Renard
0
Entre 300.000 et 400.000 travailleurs agricoles sous-payés, principalement des immigrés africains précaires, sont employés pour la récolte de fruits et de légumes.
Jusqu'à six ans de prison et de lourdes amendes pour les «caporaux» qui réduisent en servitude la main-d'œuvre agricole, doublés d'un contrôle judiciaire sur les exploitations qui recourent à cette forme d'esclavage. Rome a décidé de mettre un terme à ce trafic particulièrement odieux. Une loi vient d'être adoptée par la Chambre des députés. Selon les syndicats, entre 300.000 et 400.000 travailleurs agricoles, en grande majorité des immigrés africains au statut précaire, sont employés dans les campagnes pour la récolte de fruits et de légumes. Recrutés par des intermédiaires illicites, ils sont payés trois euros de l'heure pour des journées de huit à dix heures. Desquels il faut soustraire, quand ils sont payés, trois à cinq à euros par jour pour leur transport aux champs et autant pour un «logement» de fortune, bien souvent de sordides taudis, sans cuisine ni sanitaire. Ces intermédiaires qui n'hésitent pas à recourir à la violence se font appeler des «caporaux». D'où le nom du système, «caporalato» qui s'est développé avec la crise.
«Plaie sociale inacceptable»
Maurizio Martina, le ministre de l'Agriculture, a choisi d'illustrer, lundi dernier, la nouvelle loi à Rosarno, localité emblématique de Calabre où de violents affrontements s'étaient produits entre mafieux et ouvriers agricoles africains en 2010. Le ministre a dénoncé une «plaie sociale inacceptable» qui sévit dans toutes les campagnes, du nord au sud, mais particulièrement en Sicile, Calabre et Campanie, terroirs de mafia, ainsi que dans les champs de tomate des Pouilles. """

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Belinda 
Date:   01-04-17 15:29   >>> Répondre à ce message

Le développement du continent africain commence d'abord par un réveil des consciences: La spiritualité.
Quand l'homme noir aura réellement conscience de sa position, tout changera.

http://zouloula100.com/

Message posté par un internaute non inscrit dont la géolocalisation détectée est : VILLE : Paris PAYS : France
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: GINO   
Date:   30-04-17 00:07   >>> Répondre à ce message

Belinda , là , tu touches un point sensible .....reveil , conscience et Africains , a toi de juger si ça va ensemble  CC ....L homme noir a toujours conscience de sa position !!! ......Couché pour dormir c est la préféré :) ...HE LES GARS JE RIGOLE HEIN ...
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: GINO   
Date:   11-05-17 22:10   >>> Répondre à ce message

Vu sur SENEWEB !waw le développement de l Afrique ...Concernant le SN .....Ils vendent du riz mais ?????? FAIT AVEC DU PLASTIQUE ...je me marre ....SN émergent !afro
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   12-05-17 01:08   >>> Répondre à ce message

in bridoz.com :
""". . .Voici un phénomène étonnant nous venant de Chine, il semblerait qu’on y produise du riz à base de plastique.
flickr / David Pursehouse
Le plastique n’appartient, à ma connaissance, à aucun régime alimentaire ! Cette imitation de riz est fabriquée avec des patates douces, des pommes de terre et une résine synthétique (du plastique donc). Lorsque les ingrédients sont mélangés, ils forment des grains qui ressemblent au riz.
Un parfum chimique est ensuite pulvérisé sur ces grains afin de leur donner l’odeur d’une marque de riz onéreuse, le riz Wuchang. annonce.
Annonce fermée par
- Publicité -
De cette façon, il est difficile de faire la différence entre le riz authentique et le riz en plastique. Le faux riz n’est pas en vente aux États-Unis ou en Europe, mais dans d’autres pays. . . ."""

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Charlon Heston   
Date:   12-05-17 11:48   >>> Répondre à ce message

;-)
J'ai beaucoup de mal à croire cette histoire qui tourne depuis plusieurs mois sur le net.

Quand on voit la technologie et les ingrédients présentés, on a en effet beaucoup de mal à croire que ça revienne beaucoup moins cher que du riz fabriqué en masse.
Non, ce que je pense c'est que tout simplement le riz en question est du vieux riz rance....
Depuis fin 2016, cette légende urbaine de "riz en plastique" a été démontée et démontée 1000 fois.
http://www.hoaxbuster.com/forum/la-chine-commercialise-du-riz-fabrique-avec-du-plastique

Comme je le répète très très souvent, si quelque chose que vous avez lu sur internet vous semble hallucinant et scandaleux il y a de forte chances pour que ce soit totalement faux ou en grande partie bidonné.
Et l'inverse, hélas, pour les moutons habituels, est également vrai : si une info est déclarée fausse par des torches culs comme le Monde (et son fameux Décodex pour apprenti neuneu), y'a de grandes chances qu'elle soit vraie ou en grande partie vraie....

================================..
Tant va la criche allô
Qu'elle a faim elle se cache
================================..
(vieux proverbe burkinabé)
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: GINO   
Date:   12-05-17 12:41   >>> Répondre à ce message

Venant des Chinois ( les sauveurs de l Afrique )tout est possible ..Faut leurs faire confiance lorsqu il s agit de bidouiller devant les SN meme
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: ndar.tout   
Date:   12-05-17 14:03   >>> Répondre à ce message

Je suis assez d'accord avec Charleston.
Essayez de cuire du plastique!

--------------------------------------
Tout ce qui est excessif est insignifiant.
-------------------
 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: Solina   
Date:   12-05-17 14:36   >>> Répondre à ce message

HAHAHA il n'y a que des gens du style gino pour croire à un hoax pareil !


 
 Re: Le développement du continent africain (suite)
Auteur: GINO   
Date:   12-05-17 19:45   >>> Répondre à ce message

Vu sur Seneweb un SENEGALAIS qui s est amusé à faire voir les différences ...Moi je m en bas les foufouilles car avec toutes les merdes qu on mange au SN on est plus à un grain de riz prés ....Les Chinois nous ont habitués à ce genre d exploit ...Si il n y avait que le riz
                    

Liste des forums  |  Besoin d'un login ? Enregistre toi ici
 Identification
 Nom d'utilisateur:
 Mot de passe:
 Se rappeler de mon login:
   
 Mot de passe oublié ?
Entre ici ton e-mail ou ton identifiant et un nouveau mot de passe te sera envoyé par mail.